LES SUJETS

Planification et politique environnementale de l'année Rio +20

Planification et politique environnementale de l'année Rio +20


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Diana Durán

Vingt ans après Eco 92 - considéré comme le point de départ d'une prise de conscience environnementale mondiale - les problèmes environnementaux s'aggravent. Dans ce contexte, la conception et l'application de modèles de gestion capables de promouvoir et de concilier les objectifs qui constituent le défi majeur de la société et de ses acteurs devient substantielle.


En l'année de Rio +20, 20 ans après Eco 92 - considéré comme le point de départ d'une prise de conscience environnementale mondiale -, les problèmes environnementaux s'aggravent et il ne fait aucun doute que la nécessité de faire face à des projets durables est au cœur de la réponse humaine à la défi environnemental. Nous ne pensons pas aux mégaprojets ou aux grands accords mondiaux, mais aux projets durables, aux technologies douces et locales, à l'innovation dans la gestion, à la coopération face aux communautés et avec une forte insertion de l'éducation environnementale à tous les niveaux du système éducatif. Il s'agit de promouvoir de nombreux projets environnementaux créés avec une forte participation citoyenne, répartis dans de petits territoires qui, juxtaposés, génèrent des processus de «territorialisation».

Dans ce contexte, la conception et l'application de modèles de gestion capables de promouvoir et de concilier les objectifs qui constituent le défi majeur de la société et de ses acteurs devient substantielle. Aujourd'hui, il est largement admis que les systèmes de planification jouent un rôle remarquable dans la promotion de la durabilité.

La planification environnementale est développée dans un cadre interdisciplinaire qui génère des progrès méthodologiques comme conséquence directe de l'apprentissage mutuel entre spécialistes des différentes sciences naturelles et sociales et communautés, lorsqu'ils peuvent participer de manière intensive à ces processus.

La question de la planification environnementale prend chaque jour un aspect plus significatif face aux besoins de plus en plus pressants de spécifier la durabilité à travers des instruments et des procédures d'action. L'objectif est de traduire en idées spécifiques la manière dont elles devraient être appliquées pour une utilisation durable et restaurer, en cas de détérioration, les systèmes naturels et sociaux, reflétant des critères rationnels pour peser les impacts environnementaux négatifs ou prévenir les risques naturels et technologiques, entre autres questions.

La planification est née au départ de l'aménagement du territoire, physique ou régional mais avec le temps elle s'est inscrite dans le cadre de la gestion environnementale. En de nombreuses occasions, ces questions ont été abordées de manière technocratique, comme si les espaces géographiques à planifier étaient un papier vierge sur lequel il est possible de concevoir sans tenir compte des bases naturelles.

La gestion environnementale est un ensemble d'activités propices à la gestion intégrale du système environnemental. Il inclut comme cadre théorique le concept de durabilité et, en ce sens, il constitue la stratégie à travers laquelle les activités anthropiques qui affectent l'environnement sont organisées, afin d'atteindre une qualité de vie adéquate, de prévenir ou d'atténuer les problèmes environnementaux.

Le problème de savoir comment planifier, avec quelles positions concrètes, comment le réaliser, comment traduire des idées abstraites en réalité, sont des réflexions qui ont été le moteur, non seulement des débats, mais aussi des critiques que le paradigme environnemental a vécu. (un)

L'un des modèles de planification appliqués pour promouvoir la durabilité est connu sous le nom de Pressure-State-Response (PER) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). (2) Ce modèle est un outil analytique et intégratif qui classe les informations sur l'état de l'environnement en fonction de ses interrelations avec l'environnement social, économique et politique à travers des indicateurs environnementaux.

Plusieurs fois, le manque de coordination et de planification des actions des gouvernements a abouti à l'inefficacité de leurs politiques et a entraîné, sur les questions d'environnement et d'infrastructure, la nécessité de revenir au début, à zéro. Par exemple, des mesures de lutte contre la pollution sont parfois mises en place dans les réseaux d'eau, à travers des actions contre diverses entreprises, mais les décharges à ciel ouvert ne sont pas prises en compte, qui sont toujours situées au bord des rivières, ou des liquides sont rejetés. les effluents fuient simplement avec la complicité de certains responsables. De cette manière, la politique environnementale ne résout pas, mais approfondit souvent le problème en appliquant des méthodologies inefficaces.

Les politiques environnementales, en particulier celles qui visent à réduire les dommages causés par la pollution, doivent être globales, c'est-à-dire que si une campagne est entreprise, aucune fissure ne peut être laissée ou commencer par les détails. La cohérence est requise. Il n’est ni acceptable ni rationnel d’emmener des élèves des établissements d’enseignement pour recueillir des papiers, tout en permettant à une industrie de détourner ses effluents polluants de la station d’épuration. Il n'est pas viable d'appeler à l'adhésion volontaire à un plan de production propre, auquel iront ceux qui collaborent toujours, car ceux qui ne sont pas intéressés par une production propre continueront de contaminer librement.

Il est nécessaire d'élaborer, de convenir et d'exécuter une politique environnementale incluant les acteurs sociaux et servant les intérêts de la société, en tant que partie intégrante de la politique de l'État, comme c'est le cas pour l'éducation et la santé. Et cela implique de mettre la recherche scientifique au service des intérêts nationaux, avec la promotion de l'Etat, du monde universitaire et des organisations non gouvernementales. Ces politiques doivent également être promues en fonction des réalités géographiques de chaque État et région et non exclusivement en fonction de l’application de ce que les organisations internationales promeuvent.

Il est important de noter que l'élaboration d'une politique environnementale régionale répond aux besoins importants de tous les secteurs de la communauté.

Elle demande à chaque entité régionale de réaliser un diagnostic ou un bilan environnemental sur le processus historique d'appropriation des ressources et d'occupation des sols, avec ses potentialités et vulnérabilités. Il s'agit de préparer un diagnostic actualisé, dans lequel il est défini et expliqué comment cette réalité environnementale est affectée par son environnement économique, social, culturel, institutionnel, national et international.

Chaque région montre une réalité environnementale spécifique, dans ses ressources naturelles dans la diversité et l'ampleur des problèmes auxquels elle doit faire face, dans les capacités et les engagements de ses institutions et de la population, entre autres. De même, la politique environnementale suppose que chaque communauté définisse et classe ses défis et scénarios futurs, fixe des délais pour leur réalisation, identifie les ressources nécessaires et les responsabilités qui correspondent à chaque secteur tels que: public, privé, universitaire, syndical, non gouvernemental et les organisations communautaires et des citoyens en général, ainsi que les tâches qui nécessitent la participation des différents acteurs de la région.

Objectifs de la politique environnementale


La politique environnementale est l'établissement d'un ensemble d'objectifs harmonieux et interdépendants, orientés vers l'amélioration de l'environnement et la gestion adéquate des ressources naturelles. Les décisions et actions spécifiques visant à les atteindre doivent être intégrées dans ces objectifs, avec le soutien de normes, d'institutions et de procédures qui permettent d'atteindre la fonctionnalité. (3)

Une politique environnementale implique un défi et, en même temps, un engagement de l'Etat et non d'un gouvernement; en plus d'une participation sociale profonde.

Dans le cadre d'un concept innovant, il ne faut pas séparer l'environnement du social. Nous devons être conscients que les aspects sociaux sont liés à l'environnement, tout comme l'environnement est lié à la société. Une politique environnementale exige que les citoyens participent à la réalisation des objectifs proposés. L'atteinte de ces objectifs va au-delà de l'incorporation de changements d'attitude dans les pratiques de travail quotidiennes, puisqu'il est également prévu que les citoyens portent ces nouvelles pratiques chez eux, les appliquent, et ainsi génèrent des environnements plus sains, plus durables, construits avec héritage qui peut être envisagé pour les générations futures.

Les concepts de gouvernance et d'institutionnalité sont fondamentaux pour la construction d'une politique environnementale durable (4). En bref, il s'agit de l'ensemble des efforts politiques pour conserver les bases naturelles de la vie humaine et promouvoir la durabilité.

On sait qu'il n'y a pas d'accord général sur les principes de la politique environnementale et que différents pays la définissent dans leurs lois environnementales. Cependant, il existe des bases ou principes généralement acceptés qui, dans ce cas, sont extraits de la loi générale sur l'environnement de l'Argentine (5), mais qui apparaissent dans de nombreuses lois similaires:

• Conformité: la législation provinciale et municipale doit être conforme à la législation nationale.
• Prévention: Les causes et les sources des problèmes environnementaux prendront en compte les effets négatifs sur l'environnement.
• Précaution: en l'absence d'informations ou de certitude scientifique d'un danger de dommage grave ou irréversible, l'adoption de mesures efficaces ne doit pas être reportée.
• Équité intergénérationnelle: les responsables de la protection de l'environnement doivent garantir une utilisation appropriée de l'environnement par les générations présentes et futures.
• Progressivité: les objectifs environnementaux doivent être atteints progressivement, grâce à des objectifs projetés selon un calendrier.
• Responsabilité: Le générateur d'effets dégradants sur l'environnement, actuels ou futurs, est responsable des coûts des actions de restauration préventives et correctives.
• Subsidiarité: L'Etat national a l'obligation de collaborer et de participer de manière complémentaire aux actions des individus dans la préservation et la protection de l'environnement.
• Durabilité: le développement économique et social et l'utilisation des ressources naturelles doivent être réalisés à travers une gestion qui ne compromet pas les possibilités des générations présentes et futures.
• Solidarité: La Nation et les États provinciaux seront responsables de la prévention et de l'atténuation des effets environnementaux transfrontaliers néfastes de leurs propres actions, ainsi que de la minimisation des risques environnementaux sur les systèmes écologiques partagés.
• Coopération: les ressources naturelles et les systèmes écologiques partagés seront utilisés de manière équitable et rationnelle, le traitement et l'atténuation des urgences environnementales ayant des effets transfrontières seront développés conjointement.

Stratégies de planification environnementale

Pour le cas de l'Argentine, par exemple, sur la base des informations fournies par le système d'indicateurs environnementaux (6), en tenant compte des connaissances locales disponibles, un appel d'État (dans une Nation et des provinces associées) doit être effectué dans chaque province, sur un une zone limitée d'entre eux (pour que l'initiative soit viable), afin de discuter avec les producteurs locaux et les communautés d'une stratégie durable de développement local et d'un processus de transfert de technologies écologiquement appropriées disponibles dans le pays.

L'idée est que si cette stratégie devient planification avec la participation contraignante des producteurs et des communautés et aboutit à des résultats positifs, elle devrait être un point de référence pour la réplication au niveau provincial.

C'est une stratégie de planification qui va du particulier au général en exécution et avec une politique centralisée conceptuellement par écorégion.

Dans le cadre de cette stratégie, par exemple, une confrontation entre le soja et l'élevage n'est pas proposée, ni entre l'agriculture et les forêts indigènes, ni entre la préservation et le développement, mais plutôt une concertation entre des intérêts qui devraient être considérés comme légitimes parmi eux. par la convocation de l'État, seule source de légitimation dans l'ordre constitutionnel. Rien ne pourrait être plus éloigné de la réalité argentine actuelle.

La nécessité d'intégrer la dimension environnementale, ainsi que la participation citoyenne dans les instruments d'ordonnancement territorial - qui englobe l'aménagement du territoire - nécessite l'utilisation de nouvelles méthodologies de planification qui favorisent une utilisation durable du territoire, c'est-à-dire conciliant intérêts économiques, sociaux, politique et environnementale, à la fois à court et à long terme. Dans le domaine des évaluations environnementales, l'instrument méthodologique appelé Évaluation environnementale stratégique commence à être de plus en plus appliqué afin de compléter la protection et la qualité de l'environnement avec le développement économique et social. Cette approche permet d'avoir une vision à large spectre qui permet une évaluation rapide des impacts de l'aménagement du territoire dans le cadre global des objectifs de qualité environnementale proposés (7).

Composantes de la planification environnementale

Ci-dessous, un tableau qui présente les composantes de la planification stratégique environnementale avec leurs étapes et leurs composantes en termes d'aspects impliqués dans l'étude à réaliser sur l'espace géographique à aménager.


L'administration de l'environnement comprend l'évaluation, la planification, la gestion ou la gestion environnementale d'une manière adéquate, en essayant de l'endommager le moins possible et en faisant une utilisation durable des ressources naturelles. Vous devez d'abord étudier, puis planifier jusqu'à atteindre l'objectif et gérer.

Durabilité des projets environnementaux

Le concept de durabilité du point de vue des projets a une dimension environnementale qui est liée à la garantie des conditions de vie des générations futures. Cette dimension est très différente des autres de nature économique et socio-organisationnelle, même si elles sont interdépendantes.

La préservation des conditions de vie pour les générations futures implique, entre autres, la mise en œuvre d'un ensemble d'actions et de mesures généralement regroupées sous le nom de développement durable.

La dimension environnementale a de nombreux niveaux allant du niveau micro au niveau international (les pays riches se plaignent du déclin des forêts tropicales situées dans les pays moins développés). Cela signifie que diverses mesures doivent être prises à plusieurs niveaux pour atteindre l'objectif de préservation des nouvelles générations, ce qui le rend extrêmement complexe.

Il est nécessaire de souligner qu'en termes de mesures environnementales, cela affecte fondamentalement si la base sociale et administrative est suffisamment solide pour soutenir les mesures adoptées à la suite de l'exécution d'un projet environnemental.

Selon la prémisse précédente, la principale cause du manque de durabilité des projets environnementaux peut être la participation inégale des personnes aux coûts et avantages du projet, en raison des problèmes liés aux droits fonciers et d'utilisation des terres et aux ressources traditionnelles.

Par conséquent, il est nécessaire de prendre certaines mesures telles que les suivantes:

• Effectuer une véritable intégration des communautés et des peuples locaux dans la planification et la mise en œuvre du projet.
• Établir une compétence claire et à long terme sur la ressource naturelle, en mettant l'accent sur la participation locale à la prise de décision.
• Impliquer les dirigeants locaux dans la protection, pour éviter l'exploitation illégale ou la colonisation.
• Fournir des alternatives pour indemniser équitablement la population locale qui subit des pertes.
• Protéger les sites culturels importants et les modèles d'utilisation des ressources.

Bref, générer des projets environnementaux, c'est mettre en pratique la durabilité dans les différents environnements et territoires d'un pays, ce qui constituera une condition «sine qua non» du bien-être de ses habitants.

Diana Duran. Du livre. "Projets environnementaux et durabilité". Nouvelle collection Paradigms. Buenos Aires: Publishing Place, 2012, 286 p. ISBN: 978-950-892-398-1.

L'ouvrage «Projets environnementaux et développement durable» aborde les traces de l'environnement contemporain, à travers une synthèse critique de sa complexité qui permettra à ses destinataires - étudiants et enseignants de carrières connexes et grand public, intéressés par les problèmes environnementaux - de le comprendre et d'agir en conséquence.

Des questions telles que l'aménagement du territoire, la planification et la politique environnementales, l'évaluation de l'impact environnemental, le contrôle de la pollution, les risques environnementaux, la gestion de projet et l'éducation environnementale intègrent les différents chapitres du livre dans une perspective globale.

Le livre peut constituer un outil de fond pour l'enseignement et la formation techniques et pédagogiques, la gestion de projets et l'éducation à l'environnement.

Les références:

(1) MATEO Rodríguez, José et autres (2006). Gestion environnementale dans les territoires urbains: le cas de la province de La Havane (projet César) Faculté de géographie, Faculté de géographie de l’Université de La Havane, Université de La Havane, Cuba.

(2) ARREDONDO GARCIA, María Concepción (2006) Modèle multi-scalaire d'indicateurs comme outil de planification environnementale dans la région du golfe de Californie. Thèse de doctorat http://manejo.ens.uabc.mx/...

(3) FRERS, Cristian. (2008) Comment développer une politique environnementale. https://www.ecoportal.net/...

(4) FRERS, Cristian. (2009) Le problème du manque de politique environnementale. https://www.ecoportal.net/… ..

(5) ARGENTINE. (2002) Droit général de l'environnement. Loi n °: 25675 - Bien légalement protégé. Sanctionné le 27/11/2002. Publié au Journal Officiel du 28/11/2002

(6) ARGENTINE (2009) Système d'indicateurs environnementaux. Secrétariat de l'environnement de l'Argentine http://www.ambiente.gov.ar/….

(7) RIVAS, Marcela. ZELEDÓN, J. (2002) Planification environnementale stratégique dans les instruments de planification territoriale. Étude de cas: le Plan de Régulation Intercommunal d'Alto Aconcagua (PRIAA), provinces de San Felipe et Los Andes, région V, Valparaíso, Chili. Projection Magazine Nº 2. Faculté de Philosophie et Lettres. Université nationale de Cuyo.


Vidéo: Rio+20: la gouvernance de lenvironnement - Mai 2012 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Brendis

    Je m'excuse, mais cela ne me convient pas. Y a-t-il d'autres variations?

  2. Swinton

    Dûment sujet

  3. Grole

    À mon avis, quelqu'un a déjà dit, mais je ne peux pas partager le lien.

  4. Eldwyn

    Ici donc l'histoire!

  5. Zolot

    Excuse que je vous interrompre, mais, à mon avis, ce thème n'est pas si réel.



Écrire un message